Les voyages en car...

Publié le par Nathalie

LES VOYAGES EN CAR...

Alors que nous discutions sur MSN, l'autre jour, avec une de mes lectrices (c'est beau la technique quand même !), elle me faisait part de ses craintes à propos d'un voyage en car qu'elle devait effectuer pour aller au sports d'hiver.

Du coup, on en est venu à se remémorer nos voyages respectifs...

Et je me suis souvenu, avec nostalgie et tendresse, du dernier voyage en car que nous avons fait en Birmanie (voyage Inlé-Yangon, un peu plus de 400 km en 19 heures - mais ça c'est un autre sujet que j'arborderai peut-être un de ces jours).

Finalement, après discussion avec mon interlocutrice (qui s'est reconnue je suppose), nous avons convenu que, dans l'ensemble, nos voyages s'étaient plutôt bien passés... Je parle bien sûr des longs voyages, de 10 ou 12 heures ; pas du trajet de 15 minutes en bus pour aller en ville (quoique, ces voyages peuvent aussi être épiques...).

Et puis je me suis dit qu'il pourrait être intéressant de faire le listing des divers désagréments pouvant survenir pendant ces trajets en bus. Et oui, je me suis dit que ça pouvait être utile : parce qu'en vous attendant au pire, votre prochain voyage vous paraîtra du coup beaucoup plus agréable...

 

Commençons avec le choix de la place dans le bus.

Il faut bien sûr s'imaginer le véhicule : 50 places, regroupée par deux... Et puis, il faut aussi s'imaginer le groupe : 50 individus (ah non, plutôt 48 car nous ne sommes pas comme tout le monde quand même !) prêts à se ruer à l'intérieur du bus dès l'ouverture des portes pour avoir les MEILLEURES places...

Mais c'est quoi au fait la MEILLEURE place ?

- Alors, pour les grands, c'est la place près de l'allée ("pour les jambes" qu'ils disent... enfin, tout ce que je sais, c'est que, du coup, le conjoint se retrouve coller à la fenêtre, là où l'air froid passe et s'immisce sous le pull ! J'ai toujours dit que je voulais des grandes jambes !!!... Bon, tant pis, j'ai un bon oreiller à appuyer contre la fenêtre).

- Pour le Bout-en-train, c'est la place à l'avant près du chauffeur qu'il va "saoûler" tout le long de la route ; quoique, dernièrement, j'ai vu une pancarte "Ne pas parler au chauffeur pendant qu'il conduit"... Ça doit être pour éviter les problèmes avec ce genre d'individus...

Et si vous n'avez vraiment pas de chance, le Bout-en-train sera vraiment en forme et vous abreuvera de blagues, parfois grivoises, ou, au pire, de 2 - 3 chansonnettes de son cru que la femme du Bout-en-train écoutera, émue, avec des larmes dans les yeux pendant que vous tenterez vainement de vous endormir (je vous le rappelle, on a la place avec l'oreiller, contre la vitre).

- pour la bande de djeunes, c'est la banquette à l'arrière.

Ils vont s'y engouffrer tous ensemble, non sans avoir, au préalable, cacher dans leurs affaires quelques bières (ou autre réjouissances qui partent en fumée). Normalement, ils ne devraient pas faire trop de bruit ; vous ne devriez entendre que quelques ricanements étouffés. Et, si tout se passe bien, ils devraient s'endormir rapidement, sous l'effet des adjuvants absorbés (à moins qu'ils ne soient malades, toujours à cause des mêmes adjuvants ; mais là c'est que vraiment vous n'avez pas de chance).

- pour les potes qui se retrouvent, ce sont les places groupées, c'est-à-dire, 2 places et les 2 autres qui sont derrière. Sauf que, comme ils viennent de se retrouver sur le parking en attendant le bus et qu'ils ont moult détails de la vie quotidienne à se donner, ils montent les derniers et font déplacer tout le monde pour être ENSEMBLE.

Voilà, je crois qu'on a fait le tour... Tout le monde a trouvé sa place ? Tout le monde est assis ?

Bien, donc nous pouvons partir...

...

La première heure, ça va. Il fait encore jour, on regarde un peu le paysage, les enfants ne sont pas encore énervés, les jeunes au fond presque endormis et notre Bout-en-train occupé avec le chauffeur (il fait comme s'il n'avait pas vu l'écriteau, le coquin !). C'est après que ça se gâte...

...

En attendant le film, notre Bout-en train s'empare du micro (qui siffle, je le précise ; les micros, ça siffle toujours dans les cars) et entame une petite chanson douce. Vous faites semblant de somnoler mais il n'y aura plus rien à faire quand il entonnera la chanson paillarde que tout le monde connaît et que tout le monde doit reprendre en choeur (on est un groupe, faut rester unis...).

...

Puis vient le moment du film... Ah ! Chouette, un bon film ! A la maison, on ne prend pas toujours le temps de s'asseoir devant un bon film... Le générique défile, puis le titre : "Les Ripoux" !

Mais ?! C'est le même qu'ils nous avaient passé l'année dernière !!! Bah, oui ! Mais y'a que ça ! Et puis, c'est pas la peine d'essayer de refourguer une bonne cassette du dernier film de Brad Pitt, la SACEM veille... C'est interdit !

Donc, vous regarderez pour la 272 ème fois (à moins que ça ne soit 273, je ne sais plus) ce bon vieux "Ripoux"...

...

Le film est terminé. OUF ! Vous allez enfin pouvoir profiter de votre oreiller (près de la fenêtre, je vous le rappelle), sans oublier de vous emmitoufler dans une bonne couverture polaire (à cause de l'air qui filtre par la fenêtre).

...

Vous commencez à somnoler... Humm ! C'est bon...

ARRÊT PIPI !!! Ou plus, si affinités !

Tout le monde descend... Bon, bah, vous aussi, tant qu'à faire !

On fait la queue, on se gèle, on prend un petit café pour se réchauffer. Alors là, je dis attention ! Préférez un bon chocolat chaud parce que sinon, votre sieste, vous pouvez vous asseoir dessus... C'est pas du bon conseil de voyageuse en car, ça ?

On remonte dans le car.

...

Ça y est ! Le ronron du moteur vous berce ; vous êtes bien au chaud...

Pfft ! Scrunch ! Scrunch !

Le voisin de devant a une petite fringale ! Il sort un paquet de chips et grignote... Il essaie de faire ça discrètement mais c'est plus fort que lui : scrunch ! scrunch !

Alors, là, nouveau conseil : demandez-lui si elles sont bonnes.

Comme ça, il saura qu'il a fait du bruit et ne devrait pas recommencer, étouffé de honte qu'il doit être ; et, en plus, il devrait vous en proposer quelques-unes (enfin s'il est bien élevé), vous n'aurez pas tout perdu (si vous n'aimez pas les chips, alors, là, c'est pas de chance !).

Avec encore un peu de chance, la petite qui doit vomir va le faire au même moment. BEURK !

Mais, vous aurez fait d'une pierre, deux coups et vous pourrez vous rendormir ! Elle est pas belle la vie ?

Par contre, si, comme moi, vous avez le vomis facile, prévoyez quelques sacs plastiques car vous risquez d'accompagner la petite en question et là ce sont les autres qui feront "BEURK ".

...

Je passe sous silence le risque de crevaison ou d'enlisement dans la neige parce que, là, si vous avez droit à tout ça, c'est que vous n'êtes pas chanceux et que, la prochaine fois, je vous conseille de prendre le train !

...

Voilà, c'est l'arrivée ! Vous avez réussi à dormir, au bas mot, bien 2 ou 3 heures, et vous êtes en super en forme pour aller sur les pistes...

Y'a de la neige partout ; il fait un grand soleil sous un ciel bleu !

Ça valait pas le coup ce voyage en car finalement ???

...

Un dernier conseil : Respirez un grand coup car, dans 8 jours, va falloir remettre ça, mais dans l'autre sens !

Allez, bon voyage quand même !!!

 

Commenter cet article

lebeaupin claude 26/03/2007 15:53

Suite à notre conversation sur MSN l\\\'autre jour , sur les voyages en BUS et leurs joies , je te relate le souvenir de notre dernier périple . Nous arrivons de notre séjour aux sports d\\\'hiver , en BUS et de NUIT . Quelle galère , nous n\\\'avions pas fait 10 km qu\\\'une personne demande pour visionner un film .Bingo " la vache et le prisonnier  " J\\\'étais verte . Bon le film se termine , alors là , tu te dis que tu vas enfin pouvoir dormir , et bien non , tu viens juste de t\\\'endormir que le chauffeur t\\\'annonce 3/4 d\\\'heure d\\\'arrêt  ( arrêt obligatoire car pour des raisons de sécurité , pas plus de 3 heures de conduite sans prendre de pause ) Nous repartons et c\\\'est là que la petite Clémence agée de 18 mois se met à hurler car elle nous fait une otite , evidement les parents ont laissé la trousse de médicaments  dans la soute à bagages , et le chauffeur refuse de tout vider , bon c\\\'est là que tu dis , laisse tomber ,c\\\'est pas la peine d\\\'insister , la nuit va être une galère . Vivement que je retrouve mon lit DOUILLET pour un sommeil récupérateur .Bisous et bon courage pour votre prochain voyage en BUS .

Nathalie, Clément et Laurent 26/03/2007 21:38

C'est exactement ce que j'imaginais...
Ce qui me rassure, c'est qu'apparemment tu as survécu !!!

NatduVénéz 24/03/2007 18:51

Bienvenues aux petites nouvelles et merci à toutes pour votre passage ici.
FD : Je n'ose même pas imaginer un bus plein d'ados ! Bon courage ! Dans mon article, il n'y a que la banquette arrière.... Heureusement !
Zaboo : Je dois avouer que je préfère essayer de trouver la situation cocasse... même si parfois c'est effectivement pénible !
Odile : Très épique ce voyage au Kenya quand même !

jackyodile 24/03/2007 18:40

en france , les jeunes prennent eux aussi les places du fond(pour faire  s'amuser!!!)
Je peux te rassurer quand nous avons été au Kenya, nous avons pris le train(pas un bus) de Naierobi à Monbassa ou nous avons passés la nuit(d'ailleurs ou j'ai couché toute habillée dans la couchette!!)ou ce n'était pas triste non plus, et surprise quand je suis allée au toillettes, c'était un trou dans le planché,et on voyait le rail défilé.je crois ,que lorsque que l'on ait en voyage comme cela il ne faut pas etre trop difficile.
mais bon je vois que vous vous amusés bien , dans vos voyages!!!!!!
bisous

zaboo 24/03/2007 18:21

C'est vraiment très bien écrit.Même ramené à l'échelle d'une classe on retrouve les mêmes situations cocasses, ou pénibles.Et le coup de la banquette du fond, totalement vraie.Voilà, je t'ai rendu ta visite, et j'ai découvert un blog très sympa.à bientôt

FD 24/03/2007 18:15

Merci d'être passée chez moi, et me rappeler certains voyages en car... les meilleurs ce sont avec des ados, des ados plein le car, des qui ne dorment jamais même pendant 20h de voyage ! Superbe description, on y était !