Le Saule d'Hubert Selby

Publié le par NatduVénéz

Un petit peu de lecture... 



         "Le Saule" d'Hubert SELBY


Le-saule.JPGBobby est un adolescent noir qui vit avec sa mère, ses frères et ses sœurs dans un taudis du South Bronx infesté par des rats. Maria, sa « fiancée », est une jeune fille d’origine hispanique. Mais leur amour ne peut durer : ainsi en ont décidé les membres d’une bande qui les attaque sauvagement.

Défigurée par un jet d’acide sulfurique, Maria doit être hospitalisée. Bobby, lui, est recueilli par un mystérieux clochard, Moishe, qui entreprend de le soigner. Le Saule est le récit de cette guérison, lente et hasardeuse. Car les blessures dont souffre Bobby sont surtout intérieures. Comme celles de Moishe.

 

L’avis de Nat :

J’ai eu un peu de mal à entrer dans le livre, au début, car la traduction tient compte du langage familier employé auquel il faut s’habituer. Puis, rapidement, on est pris par la force et la chaleur des relations entre Moishe et Bobby… Poignant !!!

Publié dans Lectures

Commenter cet article

Natduvenez 17/01/2008 04:45

@Marie-Line : On t'attend avec impatience... Le rhum aussi t'attend, c'est promis... Je ne te promets pas qu'on lira ton livre mais tu nous fera un petit debriefing pour qu'on puisse reprendre le fil de notre discussion... Biz

Marie-Line 16/01/2008 19:29

Bronzette, piscine et bon bouquin.  HHHAAAAA.... j'y suis déjà. Je prévois dès à présent les bouquins de poches qui vont avec.A ce propos, j'ai commandé sur internet un livre et le titre est le suivant:" L'homme compassionnel".J'aime bien parfois acheter des bouquins rien que pour le titre. La lecture ensuite me permet de l'apprécier ou non. Histoire de ne pas mourir idiote.Il sagit ici d'une reflexion sur  je cite:" Nos sociétés saisies par la compassion. Un zèle compatissant à l'égard des démunis, des déshérités, des exclus ne cesse de se manifester dans le champ politique. A tel point que les dirigeants n'hésitent plus à faire de leur aptitude à compatir un argument décisif en faveur de leur droit à gouverner. Phénomène circonstanciel ou nouvelle nouvelle figure du sentiment démocratique?Daccord, tout un programme. Mais cette reflexion est souvent  necessaire pour pointer du doigt que nos bonnes intentions  ne sont pas dénuées d'attentes spécifiques personnelles. (sujet débattu lors d'un  diner avec des amis je crois??).  Au fait ce bouquin est de Myriam Revault d'Allones; Une phylosophe "'qui disent sur le livre".  On en reparle bientôt autour d'un verre de rrrrrrhhhhummmmmmm.

Natduvenez 16/01/2008 13:03

@Rosie : la lecture est un plaisir à partager je trouve... N'hésite pas à nous transmettre tes découvertes.@cecile : Je n'ai pas entendu parlé de cette affaire, mais c'est affreux... comme dans le livre...@Anne : Il est déjà préparé... juste à côté du cuba libre !

la vouneuillette 16/01/2008 12:16

Je suis d'accord avec Cécile , cette histoire me  fais penser à cette jeune femme qui a été brûlée dans le bus à Paris , Nat , tu me le mets de côté pour le mois de mars , allongée sur un transat , au bord de la piscine , tout en buvant un cubalibre !!! ah ! je m'y vois déja .

CECILE 16/01/2008 10:45

Quelle histoire ! Quand je pense qu'une jeune fille en France s'est faite, il y a peu, défigurer par un jet d'acide dans des transports en commun ça me glace le sang ! Je note le livre pour mes prochaines lectures....