Santo et le travail...

Publié le par NatduVénéz

Allez, un troisième portrait de nos vacances... Bon voyage !

SANTO ET LE TRAVAIL...

Santo a la cinquantaine ; il est veilleur de nuit dans la posada au bord de la plage où nous séjournons 6 jours.
Il a un air débonnaire avec sa petite moustache qui lui cache la lèvre supérieure et sa petite "bedaine" qu'il promène sur la plage.
Normalement, il est serveur de métier. Mais là, c'est la basse saison, donc plus besoin de lui au resto de la posada. Alors, les gérnats ont eu la gentillesse de le "caser" comme veilleur de nuit.
C'est moins bien payé, nous dit-il, seulement 140 000 bolivars (soit environ 35 euros) par semaine.
C'est peu, même pour ici !

Alors, comme ça ne suffit pas, il part sur sa barque, le matin, après avoir quitté son poste de veilleur de nuit, et il va pêcher. Il vend ensuite le poisson (après en avoir gardé un peu pour ses 5 enfants) à un gars du coin qui vient,  avec son âne, tous les matins, ramasser le fruit de la pêche des gars du coin.
Oh ! Il ne l'achète pas bien cher...

Alors, comme ça ne suffit pas, il a un potager qu'il cultive derrière sa maison et dont il vend aussi la partie de la production qui n'est pas mangée par la famille.
Pas bien cher non plus...

Alors, comme ça ne suffit pas, il a quelques cacaoyers, derrière, un peu plus loin dans la montagne. Il en fait sécher les fèves et les vend à un grossiste : 10 000 bolivars (environ 2,50 euros) le kilo. Et il en faut des fèves sèches pour faire un kilo !

Bien sûr, on se dit qu'il est en droit d'attendre une petite retraite bien méritée !

Et bien non, ici, de retraite, il n'en aura pas... Il espère seulement que, vers 70-75 ans, quand ses bars ne pourront plus mener sa barque, quand ses jambes ne le porteront plus jusqu'aux acacoyers sur la montagne, ses enfants et petits-enfants prendront alors soin de lui.
Ça sera ça, sa retraite : la solidarité d'une famille !

...

PS : Et c'est là, en se promenant avec Santo sur cette plage au bout du monde, où le portable ne passe, où internet n'est qu'une notion abstraite, que Brad a eu, avec effroi, une vision de la France de demain : "Travailler plus, pour gagner plus"...

Publié dans Voyages

Commenter cet article

Mimi a Houston 30/05/2007 04:16

Eh oui et c'est comme ca dans beaucoup de pays.Un petit mot pour mamie: la famille c'est bien mais je doute que mes parents aimeraient dependre financierement de leurs enfants pour le reste de leur vie... les relations familiales ne sont pas les memes...

FD 29/05/2007 10:28

ça fait peur, hein... de se dire que c'est ça qui nous attend... Ton Brad et so nfiston qui vont pêcher et toi qui va crier "poisson fraiiiiis, qui veut mon poisson fraiiiis !" sur les marchés... hein que ça te réjouie.. je suis sûre !

mamie 28/05/2007 23:42

la vie de Santo n'est-elle pas plus belle que la notre? dans nos pays soit disant développés n'avons nous pas oublié quelque chose : la famille ; tout le monde court dans tous les sens sans s'occuper de l'autre pour trouver un peu de bonheur mais ce bonheur n'est-il pas à côté de nous et nous ne le voyons pas : le bonheur d'avoir des enfants qui nous donnent des petits-enfants, le bonheur d'avoir une famille ; ce bonheur, on ne doit pas le déchirer

lebeaupin claude 28/05/2007 17:22

Rien à ajouter , tout est dit dans les précédents commentaires ,  c'est grave et ça fait peur. Mais à quand le temps où nous approcherons de cette situation, peut être dans moins de temps que nous pouvons le penser. La peur de la précarité à la porte de chacun, c'est pour quand ?

jackyodile 28/05/2007 15:02

j'ai conclu un peu vite ,c'est vrai qu'en france il y a des gens malheureux,qui n'on pas de travail ou pas suffisament de revenu pour vivre,mais  dans certains pays c'est un grande majoritée qui sont comme cela et je les pleins,avec mes excuses de ne pas avoir approfondi ma pensée