Carlos

Publié le par NatduVénéz

Voici le deuxième portrait de vacances...

CARLOS

Samedi - 14h15

Nous sommes installés dans une petite cabane au bord de la plage, depuis 48 heures déjà. Pas un bruit, pas un touriste, on est seuls sur cette plage... Que du bonheur ! Du coup, on a pris nos petites habitudes...

Vers 13h-13h30, nous avons déjeuné d'un bon poulet-frites devant notre "cabaña", face à la mer, Clément installé dans son hamac. Il est maintenant l'heure de notre sieste quotidienne (au grand dam de notre Brad junior qui prétend ne pas être fatigué mais qui s'endort en 3 minutes...).

14h30 : On sent les prémisses du sommeil qui commencent à nous gagner, sur fond de bruit de vagues bien agréable...

14H35 : BOUM ! BOUM ! BOUM ! Du raeggeton (sorte de techno sur air latino) à tue-tête par la fenêtre de la cabane... ?!?... !?!...
Je rêve ! On était les seuls sur cette plage jusqu'à y'a encore 1minute ! D'où peut bien venir ce raffut ? 
...
Une voiture !
...
Bon, elle va passer ; c'est bon, ça ne va pas durer...

14h37 : Brad se lève et m'apprend que ce sont des voisins qui s'installent dans la "cabaña" d'à côté...
Mais des "cabañas" y'en a plein la plage ! Pourquoi justement celle d'à côté ???
Bon, je me calme... Respire ma fille, c'est pas grave ! Dès qu'ils vont être descendus de voiture, ils vont couper la musique...

14h40 : BOUM ! BOUM ! BOUM !
Je sors, ils vont bien finir par comprendre qu'ils dérangent !

Et là, je tombe sur mon CARLOS (on apprendra son nom plus tard).
CARLOS a la quarantaine bedonnante (ça c'est le résultat de la bière qu'il ingurgite du matin au soir... remarquez qu'on ne peut pas lui jeter la pierre - j'avais écrit "bière" - ici, la bière est moins chère que l'eau en bouteille, alors...)...
Je m'égare, je m'égare...

Je disais donc que mon CARLOS a la quarantaine bedonnante, pas le top-modèle en un mot, mais sûr de lui.
- Buenas tardes señora (Ah !? Il a l'avantage, sur beaucoup d'autres de sa catégorie, de dire bonjour), me lance-t-il avec un sourire genre "jesékejesuibô".
- Buenas tardes, dis-je avec mon air de "quand je viens d'être dérangée de la sieste" (je vous laisse le plaisir d'imaginer).

14h50 : BOUM ! BOUM ! BOUM !
Visiblement, ils n'ont pas compris... On arrête d'espérer qu'ils vont couper la musique (c'est comme ça au Venezuela, on s'adapte...), et on se lève. 

Le Brad Junior explose de joie, moi beaucoup moins...

Je me poste alors dans la chaise longue avec mon bouquin (je vous rappelle que c'était l'heure de la sieste, on va quand même pas forcer...), en observation de monsieur et madame CARLOS.
La musique sort en hurlant du 4x4 flambant neuf typique de cette classe de la société ici, je veux dire cette classe de nouveaux riches, et même très riches ayant un goût prononcé pour ce qui est ostentatoire.
L'archétype local du "Paraître, plutôt qu'être" (vous vous souvenez, Jean ?).
...
J'observe.
...
Madame CARLOS s'est immédiatement allongée dans le hamac et sombre dans un sommeil qui semble profond ; elle ne bouge pas un cil malgré les vibrations de la musique !

En revanche, monsieur CARLOS s'agite et tout le monde s'agite autour de lui, avec lui... Monsieur CARLOS veut pêcher, en mer ; il lui faut un bateau, et tout de suite...

Il passe et repasse devant moi, torse nu, la chaine autour du cou, le ventre en avant, en me souriant de son sourire "jesuisbô" (ce qui, ici, pour les hommes, signifie, "jesuisriche"), et je lui rends son sourire "oui, oui ! Tu es beau ! " (Pourquoi le contrarier ? De toute façon, il ne comprendrait pas...).

Il propose même à Brad de l'accompagner. Brad est aux anges, il ADORE la pêche !

15h15 : Ça y est ! Il a trouvé un bateau. Il sort son matériel de pêche, Brad aussi ! Et les voilà partis !

A suivre...

Bon, je fais mon mea culpa tout de suite avant de me faire incendier par vous tous et vous toutes... Oui, je sais que vous n'aimez pas les articles "à suivre" mais celui-ci est vraiment long et je vous rappelle que j'ai Bradmaman à la maison... Alors, en coupant un article en deux, je gagne une journée de parution ! Pas folle la guêpe, hein ?

Publié dans Voyages

Commenter cet article

Jean-Paul 25/05/2007 22:56

Arlette a ajouté un commentaire ? Chapeau !!!

Arlette 25/05/2007 21:17

Peut etre  que ton Carlos  a un coeur  aussi  gros que sa bedaine:.   et qu il n a  pas un  brin de mechancete . Un  gros dur au coeur tendre  en quelque sorte . Mais attendons la fin comme dans  le chene et le roseau '???

lebeaupin claude 25/05/2007 20:24

Comme Mme Carlos n'a fait surface que le lendemain , peut-être avait-elle abusé de la bière , et ce sont ses ronflements qui t'ont empêcher de faire ta sièste . la suite , la suite ............Grrrrrrrrrrrrrrrr!!!!!!

NatduVénéz 25/05/2007 19:00

Juste un indice pour la suite : je n'ai pas sympathisé avec Mme Carlos ; je crois qu'elle n'a ouvert l'oeil que le lendemain, au moment de monter dans la voiture pour partir...

4nne 25/05/2007 15:32

Je ne m'installe pas souvent sur la terrasse pour faire un brin de sieste, mais quand cela m'arrive (environ 2 à 3 fois par an); tu peux être sûr que ce jour-là, un des ados du voisinage a justement envie d'écouter de la musique à fond avec la fenêtre grande ouverte....Tout cela pour dire que je compatis grandement à la gêne que cela a pu vous occasionner !!!!J'attends avec grand impatience de savoir comment votre histoire s'est terminée... j'ai moins d'magination que Laure... donc j'attends (impatiemment !)Au fait, je t'ai lancé un p'tit défi ! J'te l'dis comme ça tu ne pourras pas faire celle qui n'était pas au courant... lol !