la petite bassine bleue...

Publié le par NatduVénéz

LA PETITE BASSINE BLEUE...

 

hébergement gratuit de photos & vidéos avec www.photomania.com

 
Du coup, en parlant de départs en vacances, ça me rappelle les départs de "quand j'étais petite".

En général, on partait tôt le matin, ou plutôt même dans la nuit, vers 4 heures du matin (si je me rappelle bien, mon père préférait rouler de nuit...).

Alors, il fallait se coucher tôt et cet énervement dû à l'attente fébrile commençait alors... Avec ma soeur, on tournait et on se retournait dans notre lit ; on avait vu les sacs dans l'entrée et on n'arrivait pas à s'endormir. 
On voulait partir de suite. 
On n'avait pas compris que si on s'endormait, le temps passerait plus vite ! Et plus vite on serait parti !

Finalement, le sommeil nous emportait quand même...

"Debout, c'est l'heure..." 
Une voix, celle de ma mère, nous chuchotait que ça y était, ON y était, c'était l'heure de partir. Il faisait nuit, on entendait les chuchotements de mon père qui faisait les allers-retours jusqu'à la voiture pour charger la remorque, sans réveiller les voisins...

C'est alors, le coeur serré de plaisir et avec des papillons dans le ventre, qu'on s'habillait, dans un demi-sommeil et qu'on rejoignait notre "couchette" à l'arrière de la voiture.
"Couchette" car l'espace entre les sièges-avant et la banquette-arrière avait été rempli avec la glacière et je ne sais quoi (je ne me souviens que de la glacière - et même le Brad se souvient d'une glacière chez lui aussi et de la "banquette" ; c'est fou, on n'en avait jamais parlé jusqu'à cet article) ; et le tout, recouvert de nos duvets, allait constituer notre "couchette" pour la route.

Pas de ceinture, pas de siège-auto... Un lit sur 4 roues... Un autre temps ! La belle vie !

Mais mes souvenirs de départ en vacances sont également indissociables de la PETITE BASSINE BLEUE ! Elle était devenue mon compagnon imposé des voyages en voiture... 

Et oui ! Au grand dam de mes parents, j'étais malade en voiture ! A peine avait-on passé 3 virages que je m'accrochais à ma bassine et qu'on me débarbouillait d'eau de Cologne Bien-Être (jaune ou bleue, ça dépendait des voyages...) ; ce qui me plongeait encore plus dans la bassine bleue.
J'ai mis des années avant de réaliser, puis de verbaliser ce désagréable inconfort que renforçait l'eau de Cologne...

Et, le plus terrible, c'est qu'il y a un autre "truc" qui me donnait la nausée en voiture (mais je crois que je ne l'ai jamais dit à mes parents) : ce sont les flashs infos à la radio ! Si ! Si !... A moins que ce ne soit le contraire ; enfin, je veux dire que les flashs infos me rappellent ces pénibles moments... Parfois, je demande même à Brad d'éteindre la radio, en montagne ! Ça le fait hurler !

Enfin, bref ! je ne saurais dire combien d'années cette petite bassine bleue m'a accompagnée ; j'ai l'impression qu'elle a toujours été un prolongement de moi-même en voyage...

Et pourtant, aujourd'hui, elle a disparu... Quand a-t-elle disparu ? Mystère...

La seule chose que je sais c'est qu'on prévoit toujours, pour les voyages, quelques sacs plastiques dans la portière de la voiture. Mais pas pour moi maintenant... C'est pour le Brad Junior !

Et oui, que voulez-vous... 

Vive l'hérédité !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joelle Giraud-Mora 21/05/2007 14:05

Rien que de lire le récit avec la bassine bleue, j'en serai encore malade !!! J'étais comme toi Nat, malade en voiture, et encore maintenant, il ne faut pas me demander de lire, mais coté passager !!! J'ai même réussi à avoir des nausées en conduisant en montagne !!Que de souvenirs d'enfance tu fais remonter à la surface !!! Le lit entre les sièges avant et arrière ! On était 3 enfants à l'époque, ce n'était pas simple de caser tout le monde dans la 404 !!! Ma mère avait adopté la Nautamine, et le fait de devoir avaler ce comprimé amer me donnait déjà la nausée !!! En plus, mon père était très "moyenne horaire " pour rouler, il fallait arriver au plus vite à Argelès, près de la grande bleue, alors on s'arrêtait faire pipi que lorsque papa avait envie lui aussi, et j'ai l'impression qu'il n'avait pas souvent envie !!! Enfin, c'est peut-être de cette période que me vient ce stress du départ en vacances !!! Ceci dit, on adorait l'arrivée au camping et les retrouvailles avec les copains !!!Merci Nat pour ces souvenirs 

lebeaupin claude 20/05/2007 23:40

La petite bassine bleue ! et oui elle était de tous les  voyages, toujours fidèle au pied de sa malade, mais malgé tout que de bons souvenirs de vacances où nous allions retrouver le soleil d'Espagne et le bleu de la Méditerrannée pour  se changer les idées et profiter de nos vacances.Ce billet est un peu de nostalgie sur la vie qui passe beaucoup trop vite et profitons pleinement de tous les bons moments qui nous attendent.Bises à vous 5 Claude & Anne

mamie 20/05/2007 23:26

Je ne sais plus si elle était bleue ou jaune, cette petite bassine mais elle avait un côté pratique, elle évitait les lessives en arrivant ; quant à l'eau de Cologne, elle évitait les odeurs désagréables dans la voiture pensait-on..... côté pratique, je m'y connais mais sans penser au côté desagréable, loin de mes pensées. Un petit oubli cependant, à une certaine période, on a adopté aussi la Nautamine, pratique car tout le monde dormait ; Quant à la radio c'était pour empêcher le chauffeur de s'endormir. Qui aurait pu penser que des années plus tard le mystère de la bassine bleue n'est plus un mystère

jackyodile 20/05/2007 21:13

je me souviens de ces depart en vacances, c'est vrai pas de ceinture de sécurité, mais un lit sur les bagages et la glacière c'était le bon moment, il y avait moins de voiture que maintenant aussi!! mais heureusement tout c'est toujours très bien passé, bon souvenirs des vacances en espagne bisous

Mamzelle Maupin 20/05/2007 17:46

Très contente de pouvoir te relire et j'espère que Monsieur l'ordi n'a plus besoin d'assistance respiratoire.Et puis j'ai adoré ce billet, retour en arrière et nous aussi on banquettait !! Et mon frère malade se retrouvait "drogué" au nopron qui l'endormait !